INFOS
Evénements |  Par Adel Boucherguine | 06-09-2016

Pour concurrencer les jeux électroniques

Un chercheur algérien invente le « ZhiZhu » et « Zinga-Zinga »

Pour renforcer les liens familiaux, aujourd’hui contrariés par la technologie et la rapidité avec laquelle les jeux électroniques se diffusent à travers le monde, un algérien, pourtant électronicien de renom, a inventé deux jeux qui permettront de renouer ces liens et rassembler les membres d’une communauté autour. Ainsi donc, c’est à partir d’une constatation des «effets négatifs» des jeux de vidéos sur les liens familiaux, que le chercheur Dahmane Dahmani a engagé un travail de recherche «pour trouver un moyen de divertissement qui mettrait à contribution tous les membres de la famille pour en souder les liens», a-t-il précisé, hier, lors de la présentation de ces jeux, à Alger.

Pour renforcer les liens familiaux, aujourd’hui contrariés par la technologie et la rapidité avec laquelle les jeux électroniques se diffusent à travers le monde, un algérien, pourtant électronicien de renom, a inventé deux jeux qui permettront de renouer ces liens et rassembler les membres d’une communauté autour. Ainsi donc, c’est à partir d’une constatation des «effets négatifs» des jeux de vidéos sur les liens familiaux, que le chercheur Dahmane Dahmani a engagé un travail de recherche «pour trouver un moyen de divertissement qui mettrait à contribution tous les membres de la famille pour en souder les liens», a-t-il précisé, hier, lors de la présentation de ces jeux, à Alger. Le premier est dénommé ZhiZhu. Il est inspiré  d’un jeu qui date d’au moins deux mille ans. Il était joué dans une grande partie de l’Afrique du Nord, de l’Egypte jusqu’aux limites de l’actuel Maghreb, et c’est à Ath Saida, dans la wilaya de Béjaïa, que le chercheur Dahmane Dahmani en a retrouvé les traces. Connu dans la région sous le nom d’El Feldja, ce jeu est également représenté par un dessein rupestre dans cette même région. Quand au second, le Zinga-Zinga, son concept  consiste a «découvrir le monde pays par pays, ville par ville … », ainsi le présente son promoteur. L’histoire du Zinga-Zinga est celle de la rencontre de la créativité d’un père et de la féconde imagination du fils. En 2006, Yanni Dahmani, alors âgé de 12 ans, a été pour beaucoup dans l’invention de ce jeu que son père avait imaginé à partir du jeu classique de domino, un autre jeu millénaire, explique-t-il. Le Zinga-Zinga, jeu de chance et de stratégie, a été d’abord lancé aux Etats-Unis, où il a fait la Une des médias. Dahmane Dahmani a décidé de le lancer récemment en Algérie avec une version familiale et une version «voyage», en petit format. Zinga-Zinga permet aux joueurs de s’affronter en découvrant, sur une carte, les images des monuments emblématiques de différents pays ou villes. Dahmani envisage aussi l’utilisation du Zinga-Zinga comme une plateforme publicitaire pour les entreprises, des hôtels et autres

A. B.

Réactions (0)