INFOS
Economie | | 09-02-2017

Selon le Centre national de l'informatique et des statistiques des Douanes

La facture d'importation de sucre en hausse en 2016

Contrairement aux autres produits importés (matériaux de constructions, céréales, lait, médicament…), les importations de sucre et de ses matières premières (sucres blanc, roux, de betterave brute, de canne à sucre, sirop de lactose...) ont connu une augmentation, se chiffrant à 871,7 millions de dollars (usd) pour l’année 2016, contre 714,76 millions usd en 2015, a indiqué, hier, l'APS citant les Douanes algériennes.

Contrairement aux autres produits importés (matériaux de constructions, céréales, lait, médicament…), les importations de sucre et de ses matières premières (sucres blanc, roux, de betterave brute, de canne à sucre, sirop de lactose...) ont connu une augmentation, se chiffrant à 871,7 millions de dollars (usd) pour l’année 2016, contre 714,76 millions usd en 2015, a indiqué, hier, l'APS citant les Douanes algériennes. La même tendance haussière est observée pour les quantités des importations de sucre, qui ont également marqué une augmentation à 2,03 millions de tonnes (Mt) contre 1,93 Mt, selon le Centre national de l'informatique et des statistiques des Douanes (Cnis). Ainsi, le coût des importations de sucre a grimpé de près de 22% en 2016 tandis que les quantités importées ont augmenté de 5,25%. Selon le Cnis, cette hausse de la facture du sucre s'explique non seulement pas l'augmentation des quantités importées, mais également par le renchérissement des prix sur les marchés internationaux où l'Algérie s’approvisionne. En effet, le prix moyen à l'importation du sucre roux a été de 398 dollars la tonne sur les 10 premiers mois de 2016, contre 358 dollars la tonne à la même période de 2015, soit une hausse de 11,2%. La même tendance est observée pour le sucre blanc dont le prix à l'importation a augmenté à 522 dollars la tonne, contre 506 dollars la tonne (+3,2%) en 2015. Sur les marchés mondiaux, les cours du sucre continuent à flamber : dans son dernier rapport, l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a indiqué que l'indice des prix de ce produit alimentaire avait fait un bond spectaculaire de près de 10% en janvier 2017. Ceci s'explique par un resserrement de l'offre sur une longue période au Brésil, premier exportateur mondial de sucre, en Inde et en Thaïlande, également gros exportateurs.

Réactions (0)