INFOS
Sport | Par Hassan Gherab | 29-05-2017

Démission de six membres du bureau exécutif élus, recours d’une trentaine de présidents de fédérations

L’élection de Berraf à la présidence du COA contestée

Le président de la Fédération de Badminton, Amine Zoubiri, a assuré que la démission visait à «protester contre les conditions dans lesquelles s'est déroulée l'assemblée générale qui n'a pas respecté les étapes nécessaires, notamment en ce qui concerne la méthode de dépouillement. Certaines parties vont même déposer un recours devant le Tribunal arbitral sportif algérien»




A peine installée, la nouvelle direction du Comité olympique algérien (COA), élue samedi dernier à Alger, est ébranlée. Six membres du bureau exécutif et une trentaine de membres de l’Assemblée générale (AG) du COA sont montés au créneau dénonçant irrégularités et dépassements durant l’élection. Les six membres du bureau, qui sont des présidents de fédération, ont carrément déposé leur démission. Dans le document rendu public hier, les présidents des Fédérations d'haltérophilie, Larbi Abdellaoui, de Badminton, Amine Zoubiri, de Natation, Hakim Bougadou, de Basket-ball, Ali Slimani, de Tennis de table, Chérif Derkaoui, et de Cyclisme, Mohamed Kerbaoua déclarent ne pas se reconnaître «ni dans la démarche ni dans la composante de ce bureau que nous considérons non-représentatif du mouvement olympique algérien. Par conséquent, nous vous prions de bien vouloir enregistrer notre désapprobation ainsi que notre démission», écrivent-ils dans leur lettre adressée au président de la Commission de recours, Mustapha Larfaoui, qui a remplacé Mustapha Berraf. Les six sont rejoints par une trentaine d’autres présidents de fédérations et sportifs membres statutaires de l'AG du COA. Dans leur correspondance adressée au président de la commission de recours du COA et dont des copies ont été envoyés aux ministères de l’Intérieur, et de la Jeunesse et des Sports ainsi qu’aux médias, les signataires tiennent «à signaler des irrégularités graves relevées tout au long du processus de renouvellement de l'instance exécutive du COA, en ce samedi 27 mai, et dénoncer haut et fort une mascarade électorale orchestrée par le président de la commission de candidatures et membre du bureau exécutif sortant, en l’occurrence Bouarifi Rabah, désigné à cet effet dans le seul but de manipuler le processus électoral au profit d'une seule et unique personne, en l'occurrence, le président sortant (Mustapha Berraf)». Pour soutenir leurs propos, les contestataires affirment que leur «dénonciation est d’autant plus appuyée par les participants ainsi que les caméras de télévision présentes sur les lieux pendant l'AG, sont d'une rare éloquence et témoigne, on ne peut mieux, de la tricherie utilisée lorsque le dépouillement devrait s'opérer». Signalant qu’un recours, signé par l’ensemble des fédérations, a, par ailleurs, été déposé relatant les irrégularités dans l’organisation du processus électif depuis l’AGO (Assemblée générale ordinaire). Enumérant les principales irrégularités, les contestataires citent «l'absence du fichier électoral (liste des membres de l'AG) et sa non-mise à disposition en faveur des candidats, l'absence de la liste des candidats, l’absence d'un huissier de justice ou de superviseurs, la présence du candidat sortant au sein de la commission de recours au lendemain de l'AGO ordinaire». La liste des dépassements se prolonge avec une série entorses allant de la non conformité de l’urne et de l’isoloir à la manipulation des bulletins durant le dépouillement en passant par la présence de faux électeurs et de candidats élus au bureau exécutif alors qu’ils avaient quittés la salle en signe de protestation. En conséquence, les contestataires, qui s'adressent à M. Larfaoui, disent rejeter «cette mascarade électorale et nous demandons l’invalidation du scrutin entaché de fraudes et l’organisation d'une autre Assemblée générale élective, conformément aux principes de la charte olympique et des valeurs de l'olympisme, qui sont la neutralité et l'équité fondées sur les principes d'égalité de traitement des candidatures et de transparence des procédures». L'ancienne capitaine de la sélection algérienne de volley-ball, et membre de l’AG du COA, Fatma-Zohra Oukazi, a fait corps avec les présidents et membres de l’AG signataires du recours collectif en adressant le sien au président de la commission de recours dans lequel elle soutient le rejet des résultats des élections issues de cette assemblée et la demande d’une AGE extraordinaire, déclare-t-elle dans son communiqué. M. Zoubiri a assuré, dans une déclaration à l’APS, que cette démission est «irrévocable» et qu'elle n'avait rien à voir avec la relation tendue entre le COA et le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS). «Nous avons jeté l'éponge pour protester contre les conditions dans lesquelles s'est déroulée l'assemblée générale qui n'a pas respecté les étapes nécessaires, notamment en ce qui concerne la méthode de dépouillement. Certaines parties vont même déposer un recours devant le Tribunal arbitral sportif algérien», a-t-il expliqué. De son côté, le candidat vaincu Dib Abdelhakim a regretté les conditions dans lesquelles s'est déroulée l'assemblée élective. «Les conditions idéales pour le déroulement de ces élections n'ont pas été réunies. Je ne comprends pas le fait que les fédérations d'escrime et de boxe dont la gestion est en suspens ont pu voter. Ces élections se sont déroulées dans un climat malsain», dira-t-il, affirmant son intention d’introduire également un recours.

Berraf a été réélu samedi dernier pour un deuxième mandat de suite à la tête du COA avec 80 voix contre 45 au profit de son concurrent Abdelhakim Dib, président de la Fédération algérienne d'athlétisme (FAA) et 11 bulletins nuls. Le troisième candidat, Sid Ali Lebib s'est retiré de la course avant le début de l’AGE qui s’est tenue dans une ambiance tendue.

H. G.

Réactions (0)