INFOS
Culture | Par Sihem Bounabi | 18-06-2017

Soirées artistiques «El Manzah» de La Fabrik au Bastion 23 

Réconcilier le patrimoine et la culture avec une prestation de qualité

Les organisateurs ont programmé quatorze concerts de musique variés, jusqu’au 23 juin prochain, avec beaucoup de musique ainsi que des one man shows. Le dernier jour de cette manifestation, le 27e jour de Ramadhan, une conférence sur l'islam sera donnée par le théologien Kamel Chekat de la tariqa alawiya


Le Centre des arts et de la culture du palais des Raïs, le Bastion 23, accueille, depuis le début du mois de ramadhan, des soirées attirant un nombreux public venus découvrir le concept «El Manzah» organisée par l’agence La Fabrik. Au-delà de la découverte du site patrimonial, le concept en fait un lieu de partage de convivialité et de promotion du patrimoine. En effet, c’est dans un décor féérique rehaussé par la lumière colorée sculptant les murs du palais d’une aura intemporelle, que tous les soirs les visiteurs sont accueillis de 21h30 jusqu'à 3h du matin avec des soirées musicales et espaces variés ou l’on afflue entre amis ou en familles.

Au cœur de ce lieu historique, trois univers sont proposé. Mahrez Rabia, directeur de La Fabrik et initiateur du concept El manzah explique : «Afin de répondre aux attentes des différents publics, nous avons aménagé trois espaces. Il y a d’abord la terrasse rouge qui donne sur la mer. C’est là où sont organisés les concerts et les soirées humoristiques. Il y a ensuite la terrasse «wast el Casbah». On a dédié cet espace aux quâadates entre amis où des jeux de sociétés sont proposés avec une animation musicale assurée par un Dj. Le troisième espace Baptisé «wast eddar » (au niveau supérieur du Bastion 23) est un espace dédié à la musique orientale, avec le talentueux oudiste Hocine Benameur qui donne des récitals en reprenant des classiques et de la musique orientale du mercredi au samedi». Il précisera a propos de la décoration des lieux et de l’aménagement de ces trois espaces que c’est «une façon de mettre en valeur le patrimoine historique et de proposer au public une visite guidée gratuite. En fait, il s’agit d’un processus de réconciliation entre la population et les musées. Il s’agit d’offrir de la culture et de l’hospitalité dans un espace où il y a de la place pour tout le monde». Mais l’accès à El Manzah est fixé à 1 200 DA.

Mahraz Rabia confie qu’il se «bat pour quelque chose de noble, le vivre ensemble, et c’est le concept de ce lieu, le vivre ensemble. El Manzah : un patrimoine historique que nous avons mis en valeur et qui offre des visites guidées. Tout au long de ce mois sacré faire en sorte de réconcilier le peuple avec le musée, bien d’autres musées. Je remercie particulièrement le directeur du Palais des Raïs, Boualem Belachheb, pour la confiance qu’il nous a accordée et également la Dgsn et l’ensemble de nos partenaires». Il ajoute qu’«aujourd’hui, il devient impératif de mettre les moyens pour répondre aux attentes du public en offrant une programmation et un service de qualité. Il faut que les choses s’améliorent, que l’action culturel et artistique soit sacralisée, que l’artiste soit ‘’attendu’’ par son public. Notre objectif est la création d’une scène artistique dans de beaux sites en redonnant à l’artiste la place qu’il mérite». C’est dans cet esprit que les organisateurs ont programmé quatorze concerts de musique variés, jusqu’au 23 juin prochain, avec beaucoup de musique ainsi des one man shows : du diwane par exemple avec Joe Batoury et Ifrikya Spirit, de la musique andalouse et hawzi avec Hamidou, Lila Borsali et Lamia Aït Amara, et de la nouvelle scène algérienne avec Ayoub Medjahed et Djam, qui s’est lancé dans une carrière solo. Le dernier jour de cette manifestation, à savoir le 27e jour du mois sacré de Ramadhan, une conférence sur l'islam sera donnée par le théologien Kamel Chekat de la tariqa alawiya.

Dans un esprit de solidarité, chaque vendredi de ce mois de Ramadhan, une opération de solidarité, «Vendredi du partage», procède à une collecte de sang en collaboration avec l'Agence nationale pour la collecte du sang et une caravane installée à l'intérieur du Bastion 23. De même, l’insertion professionnelle d’une dizaine personnes trisomiques qui ont entre 18 et 34 ans et occupent chacun différents postes avec des responsabilités tant au poste de sécurité, à l’accueil et en cuisine et même artistique. «Durant ce mois de ramadhan nous nous battons pour une cause que nous pensons noble, l’insertion professionnelle des jeunes trisomiques au sein de notre concept. Je reconnais que notre agence LaFabrik n’est pas une association et le concept El Manzah est un concept événement où on paye l’accès. Mais cela nous motive encore plus pour nous battre pour l’insertion, nous le faisons avec conviction et principe. Nous y croyons car cela fait partie de nos valeurs. Personnellement, je crois en une société plus ouverte, plus respectueuse, plus solidaire donc plus humaine.»

S. B.

 

 

 

 

 

 

 

 

Réactions (0)