INFOS
Culture | Par  Rédaction Culturelle | 02-07-2017

Le monde littéraire endeuillé par la perte d’une belle âme 

Décès de la jeune romancière Dihya Lwiz

Le monde de la littérature algérienne est endeuillé par la perte de l’une de ses plumes les plus prometteuses, la jeune romancière Dihya Lwiz de son vrai nom Louiza Aouzelleg, décédée à la fleur de l’âge vendredi passé à Béjaïa à l'âge de 32 ans  rapporte l’APS.

Le monde de la littérature algérienne est endeuillé par la perte de l’une de ses plumes les plus prometteuses, la jeune romancière Dihya Lwiz de son vrai nom Louiza Aouzelleg, décédée à la fleur de l’âge vendredi passé à Béjaïa à l'âge de 32 ans  rapporte l’APS. Cette triste nouvelle, a fait réagir de nombreuses personnalités littéraires et artistiques qui ont côtoyé cette belle âme. L’annonce diffusée en masse sur les sites d’information électroniques et les réseaux sociaux à susciter de nombreux témoignages rapportés par divers sites. Le caricaturiste Ghilas Aïnouche a réagi sur un site d'information en  déclarant : «Dramatique ! Je viens d’apprendre la triste nouvelle du décès, ce matin à Ighzer Amokrane, de la talentueuse romancière et poétesse Dihya Lwiz à l’âge de 32 ans. Elle est partie à la fleur d’âge sans avoir eu le temps de consigner par écrit tous ses rêves et espoirs de lendemains meilleurs. En si peu de temps, elle a quand même su marquer son passage sur terre ».

Née en 1985 à Béjaïa, Dihya Lwiz avait composé son premier poème à l'âge de 13 ans, avant de s'intéresser plus tard au roman, à l'âge de 16 ans. Elle compte à son actif deux romans en langue arabe publiés respectivement en 2012 et 2013. Cette jeune femme pleine de talent, qui écrivait aussi bien en arabe, français qu’en tamazight, a participé à un recueil de nouvelles en tamazight ayant regroupé 11 auteurs amazighs originaires des différents pays d'Afrique du Nord, accorde une place particulière à la femme dans ses écrits.

récompensé par le prix Mohamed Dib du roman en Tamazight en 2016 pour son  roman Ger igenni d tmurt, Louiza Aouzelleg a participé à plusieurs manifestations littéraires en Algérie et dans d’autres pays, notamment aux Emirats arabes unis. Son dernier poème publié le 27 juin dernier sur son site personnel est une ode au réveil et au sursaut. Repose en paix belle âme.

R. C.

Réactions (0)